Expo Keith Haring

Keith Haring est né en 1958 en Pennsylvanie. Il fut l’un des artistes les plus célèbres de son époque.

20130508-145522.jpg
L’artiste a étudié à la school of visual arts à New-york et a énormément produit, utilisant de multiples support.
Keith Haring était un peintre engagé : ses subways drawings, peintures, sculpture etc étaient teintées de justice sociale, de liberté individuelle et de changement. Tout cela dans un seul but : changer le monde.

20130508-145317.jpg20130508-145403.jpg

20130508-145441.jpg

Dénonçant le pouvoir de l’argent sur les individus et le monde, il ouvrira pourtant, dès 1985, des Pop shop où seront vendus des produits dérivés de ses œuvres. Rendant l’art accessible au plus grand nombre. Ce qui lui vaudra pas mal de critiques du monde de l’art contemporain exception faite d’Andy Wharol.
En 1988, Keith Haring découvre sa séropositivité. Il s’engagera dans la lutte contre la maladie, créera la Keith Haring Foundation. Ses dernières œuvres sont marquées par sa vision de la maladie. Il décède en 1989 à New-york

20130508-145558.jpg

 

 

Publicités

L’écume des jours

l-ecume-des-jours-afficheCe week-end, je suis allée voir l’écume des jours, l’adaptation du roman de Boris Vian par Michel Gondry.

« L’histoire surréelle et poétique d’un jeune homme idéaliste et inventif, Colin, qui rencontre Chloé, une jeune femme semblant être l’incarnation d’un blues de Duke Ellington. Leur mariage idyllique tourne à l’amertume quand Chloé tombe malade d’un nénuphar qui grandit dans son poumon. Pour payer ses soins, dans un Paris fantasmatique, Colin doit travailler dans des conditions de plus en plus absurdes, pendant qu’autour d’eux leur appartement se dégrade et que leur groupe d’amis, dont le talentueux Nicolas, et Chick, fanatique du philosophe Jean-Sol Partre, se délite. » (source Allociné)

Tout d’abord, je tiens à préciser que n’ayant jamais vraiment lu le roman de Vian (enfin si commencer lorsque j’étais ado et jamais terminer) et donc j’arrivais « vierge » de toute attente, envie et projection sur les personnages. Je ne juge que le film que j’ai vu.

Gondry nous entraine donc dans son monde farfelu, onirique et complètement loufoque. Peut-être trop loufoque pour moi. J’ai apprécié la 1ère partie du film, le début d’amour entre Colin et Chloé et la fantaisie du héro mais le film traine en longueur et je me suis franchement ennuyée. Trop d’effets spéciaux qui au final m’ont fait décrocher du film. On a l’impression que le réalisateur nous impose sa vision et occulte complètement l’oeuvre originale. Le couple Duris-Tautou est pas mal mais on les sent en dessous de leur capacité. Quant aux autres (Omar Sy et Gad Elmaleh), on a juste l’impression qu’ils sont au casting parce que bankable. L’écume des jours reste un gros déception pour moi. Autant j’aime les clips de Bjork réalisés par Gondry autant là, la magie n’opère pas.

En revanche, j’ai adoré la robe de mariée que porte Audrey Tautou (bah je suis une fille quoi !!)